Louis veut partir – David Fortems

Résumé :

La neige recouvre tout mais pas les images. Pascal voudrait s’ouvrir la tête pour les prendre à mains nues et les jeter dans la Semoy, qu’elles s’enfoncent dans la vase, dans les algues vertes et gelées de la rivière. Il se dit que c’est peut-être ça que Louis a cherché à faire. Il a cherché à tout éteindre. À faire un noir. À fuir.

Pascal, ouvrier dans une petite ville des Ardennes françaises, a toujours été fier de son fils Louis, un garçon calme et bon élève qui passe son temps dans les livres. Une passion presque obsessionnelle pour la littérature qui surprend dans leur entourage modeste. Tous deux mènent une vie tranquille, faite de silences complices. C’est du moins ce que pense Pascal jusqu’à ce que Louis soit retrouvé mort à la confluence de la Meuse et de la Semoy, où il a décidé de mettre fin à ses jours. Pourquoi un tel geste ? Que s’est-il passé ? Abasourdi et accablé, Pascal va peu à peu découvrir la vérité. Et bientôt, une évidence : son fils était pour lui un parfait inconnu.
Premier roman incisif et sensible, Louis veut partir dissèque une relation manquée entre un père et son fils. Il fait saillir l’absence tragique de communication au sein d’une famille et le caractère implacable du déterminisme social.

Mon Avis :

Pascal a perdu son fils. Son seul fils, tout ce qu’il avait. Pascal travail à l’usine et tout ce qu’il a réussi dans sa vie, c’est d’avoir élevé Louis. Il l’a fait seul car la mère est partie très tôt. Mais si seulement son fils était mort d’un accident, mais non il a décidé de mettre fin à ses jours. Sans aucune explication pour Pascal qui n’a rien vu venir, qui ne comprend pas le geste de son fils.

Le besoin de comprendre va le mener à découvrir un pan entier de la vie de Louis qu’il ne connaissait pas. Il rencontre tour à tour des proches de son fils qui vont ainsi de suite lui apprendre de nouvelles choses. Des choses qu’il ne savait pas et surtout des choses dont il ne se doutait même pas. L’impression d’avoir manqué à son devoir de père, d’avoir abandonné son fils en quelque sorte.

L’auteur arrive facilement à d’écrire l’atmosphère du petit village qu’ils habitent et à faire comprendre au lecteur pourquoi Louis s’y sentais mal ou bien pas à sa place. Il nous fait surtout comprend pourquoi Pascal ne s’est douté de rien, que pour lui si on ne disait rien c’est qu’il n’y avait tout simplement rien à dire.

Dans ce livre, on parle mort d’un enfant mais aussi homosexualité, drogues et effet de société. C’est le premier roman que l’auteur écrit et je suis forcée de reconnaitre que c’est un auteur à suivre. Se lancer dans un tel sujet et surtout arriver à bien le traiter est quelque chose d’assez remarquable.

Ce livre n’est pas à conseiller à tout le monde, on y pale de suicide et de mal de vivre. Mais pour le bon public, il fera le livre parfait !

Ma note :

16 / 20

Me suivre :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :